Transformation digitale : définition et enjeux - Article Agorize

Le guide de la transformation digitale : définition et enjeux

Depuis la fin du siècle dernier, les nouvelles technologies ont complètement bouleversé nos modes de vie. L’apparition des ordinateurs, d’Internet, de la big data ou du cloud entre autres ont révolutionné nos façons de communiquer et de travailler.

Même au sein de nos foyers, la transformation digitale s’accélère. Nous sommes de plus en plus nombreux à faire appel aux objets connectés : lave-linge, luminaires, chauffages. Nos appareils ménagers connaissent une digitalisation massive et se connectent à nos smartphones.

Notre rapport à la technologie est désormais conditionné par notre usage de nos téléphones mobiles. Nous avons digitalisé notre rapport à l’information et à la communication. Cela impacte nos attentes en tant que consommateur. Et cela influence nos comportements dans la sphère professionnelle : cette nouvelle expérience utilisateur est désormais le standard attendu dans le monde professionnel. Pour préparer un achat professionnel, la réflexion se fait de manière autonome désormais, en ligne, comme le soulignait IDC en 2018 déjà ; la pandémie n’a fait que renforcer ce comportement.

L’émergence de cet homo numericus va conduire de nombreuses entreprises à reconsidérer leurs modèles pour rester compétitives, mais sont-elles prêtes à le faire ?

A ce titre, chaque entreprise devrait se questionner sur les usages digitaux. Quels sont les usages induits par la digitalisation ? Quel impact pour leurs proposer des produits et solutions innovants ?

Qu’est-ce que la transformation digitale ?

Définition de la transformation digitale

La transformation digitale désigne l’adoption par une organisation des nouvelles technologies pour la digitalisation des produits, services ou processus.

Les enjeux de la transformation digitale pour les entreprises étant principalement d’innover, d’améliorer l’expérience client ou de gagner en efficacité afin de gagner en compétitivité.

Différence entre transformation digitale et transformation numérique

La différence principale entre transformation digitale et transformation numérique tient au cadre dans lequel les mots sont utilisés. 

On choisit le terme digital pour se référer aux usages et particulièrement à ceux des utilisateurs finaux.
La transformation numérique est le terme à privilégier pour décrire l’impact de toutes ces nouvelles technologies sur l’industrie et le monde de l’informatique.

Impact de la transformation digitale sur nos modes de vies

Il est intéressant de noter comment cette transformation digitale et ses usages ont changé et fait évoluer de nombreux produits, métiers. 

L’utilisation des terminaux qui sont à notre disposition changent nos attentes dans toutes nos interactions. Notre utilisation quotidienne des terminaux mobiles a structuré notre visualisation des informations. Elle influe sur les recherches que nous effectuons et la manière dont nous nous connectons à une application. Le GPS intégré de votre voiture, par exemple, doit répondre aux mêmes standards d’accès à l’information que votre téléphone. Les constructeurs automobiles l’ont bien compris et désormais nos smartphones peuvent souvent se connecter aux écrans des voitures.

A titre d’exemple, au cours des dernières années, au sein des entreprises, nous avons tous vu évoluer l’utilisation professionnelle de nos ordinateurs portables. Quand par le passé il était inenvisageable d’accepter l’usage de MacBook, trop dispendieux, trop chics, considérés comme un luxe ; ils sont devenus une norme aujourd’hui. Et plus encore chez les équipes de développeurs alors qu’ils n’étaient souvent réservés qu’aux graphistes. L’utilisateur final, le collaborateur, a fini par conduire l’entreprise à accepter ses choix, peut-être sous couvert d’engagement accru.

Exemple de transformation digitale dans l’automobile

Un autre exemple est celui de l’industrie automobile. Les constructeurs automobiles cherchent à se rapprocher du modèle technologique de Tesla. Plus que l’énergie électrique utilisée comme force motrice, c’est surtout de créer des véhicules comme des véritables plateformes technologiques. Ces véhicules sont dirigés par des systèmes d’exploitation, des ordinateurs sur roues, et non plus une plateforme uniquement technique. A titre d’exemple, l’ensemble de la plateforme, le logiciel, se met à jour comme votre ordinateur. Elle se connecte au réseau de satellites mis en place à dessein par le constructeur. De ce fait, le rapport des constructeurs avec les grands acteurs de la technologie comme Google ou Apple devient primordial dans le développement de leurs nouveaux véhicules, bien au-delà du module de gestion du multimédia embarqué.

L’utilisateur est roi et son rapport aux technologies va continuer de faire évoluer tous les produits et leurs usages.

Transformation digitale dans l'automobile

Quels sont les enjeux de la transformation digitale des entreprises ?

La transformation digitale repose sur quatre piliers et permet aux organisation de :

  • Placer le client au centre de leurs processus de transformation produits ou services
  • Innover et s’améliorer en continu
  • Être plus réactives
  • Améliorer l’engagement collaborateurs et talents

Le client et ses attentes

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, permettent aux consommateurs évoluent dans un monde ultra connecté. Ils sont mieux préparés dans leur acte d’achat. Leurs attentes sont rehaussées et sont de plus en plus segmentées. C’est pourquoi il est fondamental de créer des produits qui répondent à leurs attentes spécifiques.

Elles peuvent être formulées mais elles reposent aussi sur une bonne compréhension de leurs habitudes et les bonnes pratiques du monde du web.

Placer le client au centre, l’exemple de la distribution

L’expérience utilisateur, ou user experience, en est un très bon exemple. Avec le boom de la vente en ligne, la relation client a évolué et créé de nouveaux usages. Comment proposer une expérience digitale personnalisée et optimisée à ses clients ? De nombreuses entreprises proposent d’offrir une expérience hybride dans le monde de la distribution. Leurs clients pourront essayer les produits et les commander en ligne. Le monde du phygital est une réalité et va continuer de changer nos parcours d’achat.

Ces modèles sont très vertueux. Ils limitent les stocks et les coûts sur les points de distribution en réduisant les infrastructures de paiement et de commande. En effet, tout peut se faire par le mobile du client. Ces acteurs pénètrent souvent sur ces marchés en ne mettant en place qu’un pop-up store. Ils relaient ensuite cette expérience sur leurs sites ou applications mobiles. Cet exemple montre aussi comment de nouveaux acteurs peuvent perturber votre business model et vous conduire à le revoir. Cela permet aussi de faire évoluer votre processus métier, qui se trouve bouleversé par le processus de digitalisation.

Vous l’aurez compris, il est aujourd’hui nécessaire de segmenter les clients. Leurs attentes sont fortes dans leurs besoins d’usage. Cependant il n’est plus possible de les envisager sans prendre en compte leurs attentes sociétales. Il n’est également plus possible d’envisager une transformation numérique d’un métier sans mettre ces attentes comme une priorité absolue. 

A lire : La recette secrète d’une campagne de marketing collaboratif réussie

la transformation digital dans le retail

Open innovation : un levier pour piloter sa transformation digitale

Les entreprises ont-elles commencé à étudier l’impact de la transformation digitale sur les attentes consommateurs ? Que ce soit en matière de parcours d’achat ou d’information environnementale à communiquer par exemple.

L’open innovation est l’une des réponses pour approcher ces sujets. En effet, c’est aussi accepter de penser à l’extérieur de ses référentiels traditionnels pour instiller des idées, des réflexions. Ce regard extérieur permet de faire bouger des équipes en interne parfois trop concentrées sur leurs objectifs. De ce fait, elles n’ont pas toujours la disponibilité pour se concentrer sur ce futur.

Il est intéressant de noter que certains groupes accordent à leurs collaborateurs du temps pour travailler sur ce type de sujet. Elles forment des groupes de travail pour investiguer des sujets plus disruptifs ou lance un programme d’intrapreneuriat par exemple. Combiner ces ressources avec des ressources externes est très vertueux. Les entreprises se tournent vers ces modèles afin de mettre la transformation en marche.

A lire : L’intrapreneuriat : et après ?

Une innovation permanente interne et externe

Lorsqu’on parle de transformation digitale, on pense également à la gestion de l’innovation. Nous vivons dans un monde où les terminaux qui nous connectent à nos sources d’information sont renouvelés chaque année. Imposent-ils un rythme à l’innovation ? Pas complément. Mais on ne peut plus imaginer, par exemple, des terminaux embarqués qui ne changeraient pas pour toute la durée de vie de votre équipement. Ces nouveaux rythmes imposent aux entreprises d’être plus ouvertes, plus réactives. Tout ne peut plus être rythmé que sur les cycles de création des équipes de Recherche et Développement. Il est fondamental de faire des tests. Le processus d’innovation est donc impacté par la transformation.

Pour mettre en place un plan de transformation digitale efficace, les entreprises peuvent créer des équipes dédiées. Elles travailleront sur des projets pour lesquels il faudra incuber et développer avant de rapidement les mettre sur le marché pour s’adapter aux besoins d’utilisateurs. Cette vitesse demande évidemment de l’agilité interne. La capacité à avoir des organisations gérant des projets d’innovation dans des temps plus serrés est devenu cruciale tout comme la nécessité absolue à chercher des savoirs ou technologies en externes grâce au crowdsourcing par exemple.

La culture de l’entreprise : l’agilité comme vertu cardinale

Si cela peut paraître une banalité, c’est sans doute l’élément le plus difficile du management de la transformation digitale. Les entreprises et le corps social s’identifient bien souvent à leurs produits actuels et les technologies du moment. 

La transformation numérique se heurte souvent à ce premier obstacle. En effet, c’est questionner les produits existants, les canaux de distribution, les métiers et donc un premier questionnement sur la culture intrinsèque de l’entreprise.

L’exemple des médias

Ce qu’ont vécu les médias traditionnels comme les magazines, les journaux, est assez symptomatique. Lorsque la manière d’écrire votre article va se modifier pour pouvoir répondre aux standards de la lecture sur le web, c’est plus que votre métier qui est modifié. C’est votre rapport à la syntaxe, potentiellement à votre culture qui se trouvent touchés. Un autre impact de la transformation digitale se reflète sur le modèle de revenus. Auparavant, les annonceurs signaient des contrats au numéro ou à l’année avec ces éditeurs. Aujourd’hui, le modèle économique repose sur des plateformes digitales. Les espaces publicitaires de vos pages Internet vont se vendre en temps réel sur des plateformes dédiées. Les annonceurs vont les acheter et sur la base d’enchères elles aussi gérées en temps réel, parfois de façon automatisé. Avec cette évolution, la publicité digitale représente désormais en 2022 plus de 50% du marché en France.

Mission et vision de l’entreprise

Reconsidérer son ADN d’entreprise peut faire partie de cette transformation digitale. En mettant en place son projet de transformation, la définition de la mission et de la vision sont d’autant plus fondamentales. On peut observer, par exemple, que les groupes automobiles ont adopté en grande majorité des projets où désormais leurs missions sont articulées autour de la mobilité au sens large et moins autour du véhicule lui-même et de la conduite.

C’est tout le paradoxe de cette révolution numérique et de ce qu’elle impose aux cultures d’entreprises. Elle apporte de la productivité, et les entreprises encadrent cette transformation de processus pour accroître cette productivité. Cependant les fruits de la mise en œuvre s’inscrivent dans des temps longs. Hors cela peut conduire parfois à des comportements stéréotypés voire dans des formes de routine alors que cette transformation numérique impose des temps courts et une remise en cause permanente.  Ce paradoxe des temps longs et courts n’a jamais été aussi prégnant.

Ouvrir sa culture d’entreprise

Imaginons par exemple les changements que viennent de vivre les médias comme les chaînes de télévision. Après avoir été révolutionnées par les entreprises de streaming en ligne comme Netflix, Amazon Prime, Youtube ou Apple, elles se voient désormais concurrencées par des plateformes comme Twitch qui viennent rajouter l’interaction live dans l’expérience utilisateur. De manière endogène, il leur est très difficile d’évoluer à cette vitesse. Il est d’une nécessité absolue d’ouvrir la culture de l’entreprise à chercher des savoirs et des savoirs faire à l’extérieur.

Exemple : Un bouleversement de la culture bancaire

Le monde bancaire a subi de plein fouet les effets de cette transformation digitale. Le contact humain était souvent valorisé mais son coût est devenu rédhibitoire face à l’utilisation des technologies mobiles. Les banques essayent de suivre cette tendance mais elles portent le poids historique de leurs réseaux d’agence. Les directions informatiques ne recèlent pas la même agilité que tous les nouveaux entrants comme Revolut, Qonto ou M26. Ces nouvelles banques répondent parfaitement aux besoins simples de nombreux utilisateurs. C’est évidemment un enjeu culturel et humain mais également une volonté managériale forte de se transformer. Ainsi, il est intéressant de noter que les contextes locaux peuvent aussi influer sur les décisions de mise en œuvre. Entre 2010 et 2020 le nombre d’agences bancaires en France a diminué de 10%, au Royaume-Uni c’est une baisse de plus de 50 % sur les 7 dernières années qui a été observée.

Ces exemples montrent aussi comment des produits et des services innovants créent de nouveaux modèles économiques.

C’est aussi un défi pour les équipes de ressources humaines qui doivent accompagner ces transformations en formant et en accompagnant les talents. Ceci afin de leur permettre de grandir au sein d’une entreprise toujours plus agile et avec moins de niveaux hiérarchiques.

Les talents : Comment en recruter de nouveaux et les former ?

C’est une évidence mais dans de telle période il est important d’évaluer les collaborateurs dans leur capacité à s’adapter à ces évolutions. L’adaptabilité, la capacité à se remettre en cause, à acquérir de nouveaux savoirs tout au long de sa carrière et plus particulièrement la maîtrise de toutes les technologies mises à disposition deviennent incontournables.

La gestion des talents pour accompagner sa transformation numérique

Dans cet univers la capacité à donner du sens, une raison d’être, prend encore plus de valeur pour attirer de nouveaux talents. Nombre d’entre eux ont le choix de se tourner vers des entreprises ayant un impact positif à leurs yeux sur le futur. C’est pourquoi il est nécessaire d’accompagner la transformation numérique avec la gestion des talents.

Certains savoirs deviennent essentiels, la maîtrise de toutes les nouvelles technologies sera cruciale. Quand s’ajoutent des sujets sociologiques comme le vieillissement dans les économies occidentales, cette pénurie des talents va demander encore plus de créativité des entreprises pour les attirer et les conserver. Ainsi créer des parcours de formation est essentiel. Mais le besoin de l’encadrer par du coaching et du mentoring l’est tout autant. En effet, faire émerger des talents est aussi une qualité des managers. Il faudra leur permettre de sortir des sentiers battus. Pas seulement par l’adoption de méthodologie comme Agile mais aussi en les conduisant sur des chemins qu’ils n’avaient peut-être pas imaginés.

livre blanc gestion des talents

Téléchargez le livre blanc

Gestion des talents : identifier, engager et retenir les talents de son entreprise.

Proposer un espace d’échange

Ces talents ont aussi besoin de s’exprimer, de partager leurs idées ou sujets de préoccupation. C’est pourquoi les entreprises doivent mettre en place des dispositifs permettant de valoriser l’engagement collaborateur. Cela passe par des baromètres de l’engagement. Néanmoins il est nécessaire de s’adjoindre aussi des dispositifs de type boîte à idées. Ils permettent aux collaborateurs de partager leurs idées, leurs souhaits et d’y travailler potentiellement avec leurs collègues

Parmi les points d’attention pour mener à bien sa stratégie de transformation digitale : la capacité à allouer du temps sur des sujets émergeant de l’entreprise.

Anticiper l’évolution des métiers

Dire que les métiers en rapport direct avec les technologies digitales ont le vent en poupe est un euphémisme. Ce ne sont pas seulement les ingénieurs, susceptibles de développer de nouvelles solutions. Tous les métiers connexes, de la gestion de projet au marketing produit, vont continuer d’être en vue. On évoque plus de 600 000 emplois supplémentaires dans les 10 années à venir. Cela représente une augmentation de 26% pour les postes d’ingénieurs en informatique à titre d’exemple. Cela veut dire au moins autant de fonctions additionnelles comme les product managers ou product owners.

Identifier ses ambassadeurs

Pour finir, pour tout leader ou manager chargé de la transformation digitale et numérique, il est essentiel d’identifier en interne quels vont être les talents qui vont vous accompagner dans cette transformation. C’est un long chemin et il est crucial d’avoir des relais. Ils peuvent parfois être nichés profondément dans l’organisation, auront des profils inattendus, plus multi-compétences que spécialistes. Néanmoins leur capacité à communiquer, et ce quel que soit leur niveau, sera fondamentale. Ils vont être des ambassadeurs formidables dans votre projet de transformation digitale et un maillon essentiel de pour le relai de l’information mais aussi pour la mise en place des changements et de ces transformations.

Comment réussir sa transformation digitale : le rôle du management et son évolution

L’adage « seul on va vite et ensemble on va plus loin » n’a jamais été aussi vrai que dans une transformation numérique de votre activité. Pour réussir sa transformation digitale, l’entreprise doit mettre en place une stratégie de transformation qui concerne tous les collaborateurs.

Révolutionner son organisation

Toutes les entreprises se doivent de dépasser les structures hiérarchiques, casser les silos. Cela implique une réorganisation ou la mise en place d’une organisation de projet dédiée. Elle doit bien sûr se différencier des organisations précédentes et préétablies. Évidemment cela va créer un peu de tumulte. On reporte souvent la difficulté de mise en place de la stratégie de transformation sur l’adaptation des contributeurs individuels à de nouvelles missions. Cependant un point de blocage bien plus important peut venir des structures de management.

Pour réussir, il faudra bien identifier qui est à bord et qui ne l’est pas vraiment. Il est parfois plus difficile de détecter un manager qui dit accompagner le changement mais qui en réalité n’est pas moteur. Parfois il est  plus simple de l’identifier chez un contributeur individuel.

Le management comme moteur de la transformation numérique

Le management doit être un corps qui engage ce mouvement, qui doit questionner les questions du ‘Make or Buy’. Bien souvent lorsque ce n’est pas le cas, les personnes en place considèrent qu’elles pourraient tout faire par elle-même. C’est un sujet particulièrement dans les grands groupes. En effet, la taille peut conduire certains à croire qu’ils ont une compréhension complète de leur environnement. En réalité, leur capacité à se remettre en cause et en question peut être très faible.

La nécessité d’aller recruter des talents en externe est cruciale pour faire évoluer la culture, les structures, les approches des sujets mais aussi réduire les échelons hiérarchiques. 

Le management doit être un moteur essentiel à une transformation, c’est une force avec une énergie qu’il faut faire émerger pour réussir.

En conclusion

Vous l’aurez compris, le monde des entreprises doit faire évoluer les méthodes de travail et de collaboration. Ainsi, les organisations se doivent d’adopter un mode de travail collaboratif et transversal grâce à l’intégration de la technologie digitale dans leur stratégie. Les RH doivent épauler les managers dans cette conduite du changement. La pandémie mondiale a accéléré l’adoption des outils digitaux pour l’information et la communication par les entreprises. C’est également la pandémie qui a accéléré les innovations en matière de dématérialisation et de réalité virtuelle.

Les exemples de transformations digitales réussies ne manquent pas. Mettre en place une stratégie de transformation digitale est un vrai levier de performance capable de modifier le rapport au travail et de répondre aux nouveaux usages induits par la digitalisation.

Partager c'est aimer

Sommaire